+32 69 23 32 82

Informations concernant les traitements ortho-chirurgicaux

Nos activités > Chirurgie Orthognathique > Informations concernant les traitements ortho-chirurgicaux >

   

Comprendre la prise en charge combinée orthodontie/chirurgie maxillo-faciale

 La chirurgie orthognathique… Quelques explications :


Un visage s’équilibre selon des règles qui ont souvent évoluées, mais peuvent se résumer selon ce schéma. On peut ainsi estimer la position du menton, de la mâchoire du haut (maxillaire), et de la mâchoire du bas (mandibule).

 Les faits
 

Qu'il s'agisse d'un problème d'origine fonctionnelle qui n'a pas été géré à temps durant la croissance, d'un problème orthopédique qui dépasse les possibilités de traitement ou qui a été ignoré, voire d'un véritable souci d'origine génétique, il arrive fréquemment que le problème majeur se situe au niveau des mâchoires.


L'ignorer ou choisir de le "masquer" en trichant sur les dents est à la fois risqué, raté sur le plan fonctionnel, et pratiquement jamais une réussite esthétique. C'est pourtant une erreur fréquemment rencontrée hélas (parce que l'orthodontiste manque de courage pour expliquer sa situation au patient?)

  

 

 Les conséquences:
 

Les dents ne sauraient dans ce contexte s'aligner correctement ni fournir une fonction équilibrée. Le plus souvent les pressions de l'enveloppe cutanée plus ou moins "étirée" par les décalages osseux provoquent une inclinaison des dents antérieures qui tend à diminuer en apparence l'ampleur du décalage... mais qui met en péril la stabilité des dents et surtout empêche un chirurgien seul de le résoudre!


De plus, (cause ou conséquence) un décalage squelettique s'accompagne quasi systématiquement d'un souci fonctionnel, qui de son côté peut aussi avoir des conséquences dentaires voire squelettiques...

 La démarche:

Tout commence avec un planning intégré, et une bonne explication.


Le traitement débute chez l'orthodontiste, qui prépare les arcades dentaires au moyen d'un appareillage fixe en les "idéalisant" (chaque arcade est parfaitement alignée selon un gabarit commun, en ne tenant provisoirement pas compte de la façon actuelle de mordre).


Une consultation "de groupe" permet de réunir le patient et son entourage privilégié, ainsi que l'orthodontiste et le chirurgien maxillo-facial; on y précise finement le planning et on répond à toutes les questions en suspens.

L'intervention à proprement parler suit, ainsi qu'une courte période d'incapacité et d'alimentation adaptée.

En cas de besoin une kiné d'appoint et/ou une rééducation fonctionnelle sont mises en place.


Le traitement orthodontique peut alors se poursuivre grâce à l'appareillage de départ resté en place. Il s'agit comme pour toute finition d'orthodontie d'obtenir un engrènement parfait au moyen de petits élastiques que le patient porte entre ses 2 arcades selon la prescription donnée.

 

Il arrive que 2 interventions successives soient prescrites, même si l’équipe tend à privilégier un seul temps opératoire.


La stabilisation du résultat est également la même que pour un traitement orthodontique ou orthopédique classique.


Soulignons enfin que, contrairement à une approche purement "esthétique", il n'y a pas d'accès cutané, pas de cicatrices externes, pas de "prothèse" à renouveler périodiquement, ...

 L'intervention proprement dite:

 

L'opération est pratiquée sous anesthésie générale après consultation anesthésique préopératoire.

Dans la plupart des cas, le maxillaire est abordé par des incisions de la muqueuse buccale (pas de cicatrice extérieure).

Le chirurgien découpe l'os, ce qui permet de le déplacer dans la direction prévue avant l'intervention.

Les fragments osseux sont alors fixés par des mini plaques en titane (ostéosynthèse).

Des points de suture sont mis en place dans la bouche.

Ils disparaissent en 2 à 4 semaines ou sont ôtés en consultation.

Suivant les cas, le matériel d'ostéosynthèse peut être retiré quelques mois après l'intervention.


 

 Les suites opératoires:

 

Les suites opératoires habituelles et les soins post-opératoires sont les suivants :

  • Des saignements minimes par le nez ou la bouche.  
  • Le gonflement des joues et des lèvres (œdème) est très fréquent et parfois important.
  • Une excellente hygiène buccale est essentielle. Des bains de bouche vous seront prescrits. Après chaque repas, les dents et les gencives devront être nettoyées avec une brosse ultrasouple. Un jet hydro propulseur peut également être utilisé,
  • La douleur est modérée, cède avec des anti-douleurs et disparaît en quelques jours. Des poches de glace enrobées dans un linge (pas directement sur la peau) diminuent le gonflement et la douleur.
  • Une limitation de l'ouverture buccale est fréquente pendant quelques jours. Une alimentation liquide la première semaine, ensuite molle sera poursuivie durant encore 5 semaines.
  • Le déplacement des maxillaires peut s'accompagner d'une modification morphologique et donc esthétique du visage.
  • L'ostéotomie du maxillaire inférieur entraîne des troubles de la sensibilité de la lèvre inférieure (sensation d’engourdissement au niveau de la lèvre inférieure, du menton et des dents mandibulaires). Cette insensibilité peut durer de quelques semaines à quelques mois (parfois jusqu’à un an) et récupère spontanément sans traitement particulier.
  • Après ostéotomie du maxillaire supérieur, la mobilité et la sensibilité de la lèvre supérieure sont parfois diminuées et le nez peut rester bouché pendant une semaine. Ces troubles vont progressivement s’estomper, mais la récupération peut être longue.
 Schématiquement:

 
  • Orthodontie pré-opératoire: 9 à 18 mois
  • Consultation de groupe
  • Enregistrements spécialisés - analyses - simulations - guide(s)
  • Intervention chirurgicale - anesthésie générale - fixation par plaque de synthèse - hospitalisation de 1 à 4 nuits
  • Attente: 4 à 6 semaines - alimentation semi-liquide
  • Orthodontie post-opératoire: 4 à 12 mois avec rééducations en cas de besoin ( drainage, kiné maxillo-faciale, logopédie)


 Le vécu:

Bizarrement, ces interventions sont très rarement fort douloureuses.

Elles sont transitoirement gênantes suite à l'oedème (gonflement) parfois important, et ennuyeuses du fait de l'interdiction de manger solide.

 

Les résultats dentaires sont par contre immédiatement perceptibles, et les résultats sur le visage se précisent progressivement au cours des mois suivants.


Les patients sont très majoritairement satisfaits de cette démarche qui restaure leur intégrité fonctionnelle et esthétique.

 

 

En savoir plus? Découvrez les vidéos